4 - DIDEROT 2013 : L'ART D'ESPERER

Publié le par Langres autrement

Est-ce un anniversaire ou un musée qui permettra à notre ville de renouer avec un développement économique et bouleverser le nombre de nuitées touristique sur la ville ? Doux euphémisme ! Diderot et particulièrement son Encyclopédie sont des vecteurs pour un développement artisanal, industriel et touristique. En parfaite cohérence avec les espaces bâtis disponibles sur Langres et l’histoire de la ville, l’artisanat coutelier et cuir devrait avoir toute sa place. La ville est en mesure d’accueillir quasi gratuitement des artisans de très

grandes compétences avec leur production et les apprentis qu’ils sont chargés de former.

L’artisanat d’art, valorisé par « les Grands Ateliers de Paris », travaille aujourd’hui pour les grands noms de l’industrie du luxe et de la haute couture. La grande majorité de ces

industries est reconnue par le comité Colbert. Ce dernier rassemble les productions haut de gamme travaillant à 70 % à l’export. Pourquoi ne pas en profiter ? Attirer les donneurs d’ordre, tirer l’image de la ville par le haut, ne serait pas de simples rêves. La présence de ces maîtres

pourrait intéresser des industriels en relation d’affaires avec ces artisans et leurs clients. Par conséquent, L’Hôtel Dubreuil doit devenir le musée de l’Encyclopédie de Diderot ! Un véritable lieu de confrontation entre les méthodes de production d’aujourd’hui et celle d’avant l’invention de la machine à vapeur. L’arrivée de maîtres artisans doit être organisée dans les locaux

disponibles à Langres. Le service culturel n’a plus qu’à être mandaté pour mener à bien ce projet et le coordonner avec l’ensemble des acteurs intéressés. Mais pour l’heure, la commémoration du tricentenaire de la naissance du Philosophe Langrois, ressemble plutôt à un miraculeux somnifère prescrit par une municipalité quelque peu endormie.

Mr le Maire a commandé une étude astronomique « Super Nova » 87450 € H.T., une de plus !

Commenter cet article