MAISON DE RETRAITE édito

Publié le par Langres autrement

Nos personnes âgées, souvent dépendantes, sont-elles condamnées à vivre longtemps encore dans un équipement aux limites de l’acceptable ?
L’EHPAD de Langres ne verra pas le jour, et avec l’arrêt de la construction de cette maison de retraite de la Trincassaye, nos aînés et aînées vont devoir attendre encore au mieux quatre à cinq ans dans des conditions qui ne
sont pas dignes du respect qu’on leur doit. C’est là une vision optimiste des choses. Car avec l’extension et la modernisation d’autres EHPAD du sud haut-marnais (notamment Bourbonne-les-Bains, Fayl-Billot et Percey-le-Pautel), et avec le projet de construction d’un établissement de ce type à Vaux-sous-Aubigny, il se pourrait

bien que les pouvoirs publics estiment – à tort – que l’EHPAD de Langres soit un investissement superflu. Il s’agit là, bien sûr, d’un énorme gâchis d’argent public, dontmonsieur lemaire Didier Loiseau est le responsable principal. Toujours président du conseil d’administration de l’hôpital, malgré sa démission le 9 juillet dernier, il devra assumer les conséquences de ses propos et de ses actes.
Depuis son élection et sa prise de responsabilité, il s’est employé à discréditer ce projet tout en assurant, comme il le fit dans un communiqué de presse en date du 13 août dernier,
qu’il s’engageait pour un établissement de type public, d’une capacité de 190 lits, et géré par l’hôpital. Il s’agit, aussi, d’une trahison de monsieur lemaire Didier Loiseau. Depuis 2004, une équipe de professionnels, médecins, infirmières, administration, bénévoles du réseau gérontologique, a travaillé sur la création de l’EHPAD de Langres. Cet établissement se voulait moderne et, surtout, répondait à l’urgence de pouvoir accueillir les personnes âgées dans une structure performante et digne. Pendant toutes ses années,monsieur Didier Loiseau, alors membre du conseil d’administration de l’hôpital, n’a pas daigné participer aux instances de conception et de décision qui étudiaient ce projet très important pour les Langroises et les Langrois. Aujourd’hui, après avoir tout promis et son contraire sur ce projet, il signe sans état d’âme, ni conscience d’élu, l’arrêt de mort de l’EHPAD.

Publié dans Dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article