BABY GYM EN PERIL

Publié le par Langres autrement

La Baby-gym ailleurs , mais pas dans une école maternelle !

Depuis 7 ans l'Association propose le mardi de 17h30 à 19h, à l'école maternelle, des séances de Baby-gym pour les 18 mois-4 ans.

Cette année, l'école a déménagé et nous espérions signer une nouvelle convention avec le SIVU LCP(Syndicat intercommunal à vocation unique Langres, Champigny, Peigney) afin de continuer cette activité.

Cette signature nous est refusée. POURQUOI ? Personne ne nous donne de raisons.....

L'assurance : la gymnastique est couverte par l'assurance de l'Association.


Le CCEL:
nous ne demandons qu'un créneau horaire d'1h1/2 par semaine.


Détérioration du matériel
: Voilà 7 ans que tout se passe sans incident
la ville de Langres a voté à votre association une subvention de 1000 € qui doit vous permettre d'acquérir, si nécessaire, du matériel pour cette activité. »

Nous demandons des rendez-vous pour défendre notre cause, sans réponse.


Madame Flot, Présidente du SIVU, nous
propose d'utiliser l'ancienne école maternelle et

je cite, courrier du 28.05.09 : «

Madame Flot, adjointe déléguée aux finances et budget, sachez que du matériel homologué pour les enfants coûte entre  5000 et 8000 €. De plus les 1000 € de subvention allouée par la ville servent à couvrir les frais d'animations engagés pour la fête de la St-Gilles, celle-là même à qui Monsieur le Maire souhaitait redonner vie dans son programme électoral.


Pourquoi tant d'acharnement à briser le travail associatif, pas seulement celui de la Zouille mais de toutes les
associations.? Les faubourgs ne font-ils pas partie prenante de la ville ? Ne sommes-nous pas des citoyens comme les autres ? Que nous reproche-t-on ? Ou alors nous reproche-t-on encore le coût de la construction de l'école?

Nombreuses sont les communes qui sont fières de créer une nouvelle école parfaitement adaptée aux enfants et aux normes environnementales, elles s'en servent comme vitrine et ne la dénigre pas en avançant continuellement son prix.


Nous ne demandons pas l'aumône, nous souhaitons uniquement considérer la municipalité comme un partenaire et
non comme un démolisseur de projets.

casseurs, uniquement des bénévoles qui, chaque jour, se démènent pour conserver la convivialité et l'esprit de village de nos quartiers.

  Nous ne disposons pas de subvention d'état, nos quartiers sont trop tranquilles, nous n'avons pas de

Madame GAUCHER

 

Commenter cet article