L'EPURe, un problème de coût et de méthode.

Publié le par Langres autrement

L’EPURe (Elaboration du Projet Urbain de Revitalisation)

est une étude lancée  l’an dernier par la nouvelle municipalité
et
dont le coût s’élève à 100 000 €.

Etait-il indispensable de commander une étude onéreuse alors que d’importantes études

ont déjà été commandées récemment par la ville, Hamaris (ex OPAC) et le ministère

de la Défense ?
Drôle de gestion des deniers
publics qui sont tirés de nos impôts car ces 100 000 €  auraient pu être dépensés plus efficacement par la ville et par l’Etat !

Hamaris avait en effet étudié en détail la rénovation urbaine des Quartiers Neufs tandis que le ministère de la Défense avait commandé une étude prévoyant la requalification de la citadelle après le départ de l’armée.
EPURe ne fait que reprendre les conclusions de ces études auxquelles elle rajoute les faubourgs et la requalification de la BSmat.

La ville de Langres fragilisée par la crise et victime d’une baisse démographique inquiétante

peut-elle se permettre d’attendre les conclusions de cette énième étude, 18 mois après le changement de majorité sans grand projet de développement ?

Cette étude qui se veut approfondie et qui ambitionne un projet pour le devenir de Langres sur les 20 prochaines années, devaitelle se réaliser sans aucune consultation de la population ? La population langroise (au même titre que les entreprises et les services) n’est-elle pas la première concernée par les décisions qui seront préconisées pour qu’il soit permis de se passer de son avis.
Un
problème de méthode regrettable, à l’image du fonctionnement de la majorité municipale

en général depuis mars 2008, existe dans la conduite de cette étude.

Enfin cette étude tient-elle suffisamment compte des préoccupations des communes et des communautés des communes voisines pour développer le Sud de la Haute-Marne ?

Il ne faudrait surtout pas que Langres se replie derrière ses remparts et que des tensions (ré)apparaissent avec ses voisines.

Commenter cet article