route nationale 19 : un élargissement nommé désir

Publié le par Langres autrement

Langres Autrement : En quoi consiste le projet d’élargissement de cette RN 19 ? S’agit-il d’une création de nouvelles voies ?

Didier Jannaud : Le ministère dit la chose suivante : "Le projet RN19 consiste à aménager

l’itinéraire A31 Langres - Delle (frontière suisse), en route express à 2x2 voies ou en autoroute. Cet aménagement a fait l’objet d’une décision ministérielle prise le

19 novembre 1999." Il ne s'agit donc pas de créer une nouvelle route ou une nouvelle

autoroute à travers des territoires préservés de toute infrastructure constituant une réserve de biodiversité. Au contraire il s'agit d'aménager une succession de voies existantes.

L.A : Que prévoit le projet de loi Grenelle 1 ?

D.J : L'article 9 du projet de loi comporte les alinéas suivants : “Dans une logique de développement du transport multimodal et intégré, l’État veillera à ce que l’augmentation des capacités routières soit limitée au traitement des points de congestion, des problèmes de sécurité ou des besoins d’intérêt local en limitant les impacts sur l’environnement.” (…) “Les projets permettant d’achever les grands itinéraires autoroutiers largement engagés

seront menés à bonne fin dans les meilleurs délais et dans le respect de normes environnementales conformes au développement durable.” Le projet - largement engagé - d'élargissement de la RN 19 rentre parfaitement dans ces catégories. D’ailleurs il n’est

pas incompatible avec le “Grenelle de l’environnement” *.

L.A : Autoroute ou 2x2 voies ?

D.J : Le 3 juillet 2006 un protocole d’accord sur la solution autoroutière entre A31 et Vesoul Ouest a été signé entre l’État, les Régions de Champagne-Ardenne et de Franche-Comté et les Départements de la Haute-Marne et de la Haute-Saône." L'option autoroute souhaitée par le député d’alors (M. Chatel) a donc été retenue. Pour autant elle n'a pas accéléré grand-chose.

L.A : Que dire de la pertinence de cette autoroute, économiquement et politiquement parlant ?

D.J : Les gouvernements de droite ont privatisé l’exploitation des autoroutes. Mais comme la rentabilité de ce tronçon n’est pas acquise, le financement de sa construction, pour le moment, ne peut être que public, avec une implication majeure de l'Etat. Sur ce point, le silence de M. Chatel et Mme Delong est éloquent ; l’Etat va-t-il payer ce tronçon d’autoroute ?

 

Commenter cet article