La maison de quartier : un lieu de vie à organiser.

Publié le par Langres autrement

Située aux quartiers neufs, la maison de quartier bat son plein côté fréquentation. De 6 à 16 ans, filles comme garçons, parents, enfants et adolescents fréquentent régulièrement cette maison. L’objectif de la mixité est atteint. Tous apprécient les nombreuses activités mises en place avec dévouement par les animateurs. Répondant à un long travail d’enquête sur le terrain, les animateurs

connaissent désormais les besoins de la population. Tout semble être au beau fixe. En apparence seulement. Côté municipalité, oreilles et yeux semblent beaucoup moins ouverts.

Des moyens fictifs

Face au succès rencontré, le mercredi après-midi il n’était pas rare d’atteindre une fréquentation de 50 jeunes. Enorme pour un seul animateur ! Sans aucun budget prévu du côté de la municipalité, c’est avec les moyens du bord que un ou deux animateurs oeuvraient au quotidien. Saupoudrée de quelques petites pincées de moyens matériels nettement insuffisant, parents et animateurs n’hésitaient pas à apporter le leur. Si la municipalité a fait l’effort de proposer un terrain de foot couplé de panneaux de basket,

la balle n’est pas forcément bien perçue. Pourquoi créer un terrain supplémentaire alors que d’autres continuent de se détériorer faute d’utilisation ? Une salle vidéo sans télévision, pas d’activité pour les plus de 16 ans, un accès handicapé bricolé avec quelques

morceaux de bois : telle est la réalité actuelle. Sans réel projet, cette maison de quartier n’est pas classée pour recevoir du public.

Qu’attend la municipalité pour le faire ?

Des humains usés et abusés

Depuis la reprise en main de cette maison par la nouvelle municipalité un poste de esponsable/coordinateur devait être créé. Toujours rien. Un poste d’animateur a bien vu le jour en fin d’ancien mandat mais au final l’embauche s’est faite par tacite

reconduction sur des périodes de trois mois. Une sécurité de l’emploi hors du commun ! Lassé de cette situation inconfortable le poste est de nouveau abandonné en ce début d’année. Il n’y a toujours pas de responsable bien identifié pour gérer ce lieu de vie. Ce ne

peut pas être une association de jeunes qui endosse la responsabilité de cette maison de quartier. La majorité actuelle doit embaucher un professionnel qui mettra en place une association d’utilisateurs. La jeunesse locale attend toujours…. Rejet des responsabilités, méconnaissance de la problématique jeunesse et budgets oubliés : est-ce que les quartiers neufs font toujours partie intégrante de la ville de Langres.

Commenter cet article